banner

Entreprenariat féminine:Flora Losiane Kanson réalise son rêve en ouvrant sa propre entreprise

Ambitieuse et tenace, la jeune Fora Losiane Kanson a réussi à fonder « Eden Esthétik ». Son propre salon dédié à manucure-pédicure, les soins du visage, soin du corps, le massage amincissant et relaxant, etc. C’est salon spacieux de trois cabines entièrement équipé « d’appareils dernier cri ». Mieux, elle équipe son entreprise de produits bio qu’elle propose à sa clientèle pour améliorer leur condition sanitaire. Le chiffre d’affaire de Flora Kanson est tout simplement ahurissant.

Elle rêvait depuis belle lurette être à la tête de son propre entreprise. Elle s’est battue avec témérité et aujourd’hui le rêve est devenu une réalité. Quand Flora Kanson commençait dans la coiffure en 1998, c’était une vision précise. Engranger le maximum de compétence pour assurer la gestion de son propre salon.

Un apprentissage de coiffure étendu à d’autres formations

Flora Kanson a commencé par 2 ans de formation en tant que coiffeuse dans un salon à Abidjan. En 2000, elle regagne son pays (Burkina Faso). Elle intègre un salon à Ouagadougou où en plus de la coiffure, elle apprend la manucure-pédicure. La jeune passe 6 ans dans ledit salon. Elle ira vendre ses compétences dans un autre salon non pas en tant que coiffeuse mais en qualité d’esthéticienne en manucure-pédicure. Mais Flora a une idée en tête. Commencer à cotiser de l’argent pour acheter ses propres instruments de salon. Elle passera 4 ans dans ce salon. Une de ses fidèles clients lui donne d’utile conseil qui galvanise la jeune fille davantage dans sa quête d’indépendance. Elle ne tari pas de la remercier et de tenir des propos laudatifs à son égard.

« Dit merci à Kadi Jolie alias madame Glez pour moi »

Son application au travail fait que Flora Kanson reçoit plusieurs clientes dans les salons où elle exerce. A titre illustratif, c’est le cas madame Glez qui venait faire ses manucure-pédicure chez la jeune fille. Kadi Jolie lui conseille d’ajouter d’autres cordes à son arc en s’adonnant à d’autres formations. Ce qui lui permettra de se distinguer dans un secteur saturé où la concurrence fait rage. En plus de ses utiles conseils, Kadi Jolie l’aide à trouver ces formations. Flora négocie avec son patron pour lui accorde 2 jours dans la semaine pour aller suivre ses cours d’enseignement. Finalement, elle trouve la formation plus captivante et prometteuse. Elle veut alors se donner à fond à la formation et lui consacrer plus de temps. Mais très vite, elle fait face à un dilemme. Le salon qui l’a engagé lui lui rémunère bien et le quitter c’est en quelque sorte sacrifier son gagne-pain.

Sa volonté de renforcer ses capacités et son rêve de création de sa propre boîte vont peser dans le choix qu’elle doit opérer. C’est ainsi qu’elle décide de sacrifier son salaire pour se consacrer et se donner à fond à la formation. « Je savais qu’à la longue cette formation allait beaucoup m’aider dans le futur», assure-t-elle.

Dans la structure de formation, Flora renforce davantage ses compétences en manucure-pédicure en plus de s’initier dans d’autres domaines notamment les soins corporels. Et elle se fait vite remarquer par son dévouement au travail. «Je travaillais vraiment avec passion et j’aimais ce que je faisais », souligne Flora. La structure qui l’a forme reçoit également de la clientèle pour les soins corporels. Le responsable décide d’engager Flora à cause de son dévouement au travail. Elle d’abord mieux payé que dans le salon qu’elle a quitté. En plus, une politique pour galvaniser les travailleurs est instituée dans la structure de formation. En plus du salaire, chaque travailleur est rémunéré au pourcentage des clients sur qui il exécute une tâche. Flora indique qu’elle lui arrive de « gagner jusqu’à 200 000 F CFA à la fin de beaucoup de mois ». Et toujours dans la logique de son rêve, elle assure qu’elle épargne et chaque année elle se rend au Ghana pour acheter des appareils pour préparer l’ouverture de son salon.

Le coup de pousse de l’oncle

Dans la foulé, un de ses parents vivant au Canada vient rendre visite à la famille et lui suggère d’ouvrir son propre salon. Elle lui apprend que c’est qu’elle est train de faire. L’oncle lui demande ce qui manque. Elle expose le reste d’appareil manquant et un local pour lancer ce salon. L’oncle lui propose alors une aide financière capable d’ouvrir le salon. Mais ne connaissant pas la jeune fille, ce dernier n’a pas tout à fait confiance. Il suggère de travailler avec elle en tant qu’associé ou partenaire. Flora souligne qu’elle également de son côté n’était pas trop partante pour travailler avec un parent et ce, pour éviter les querelles intestines. Mais, les deux parents finissent par lier un partenariat sur la base de termes clairs que chacun de son côté s’oblige à respecter.

Institut Eden Esthétik draine une forte clientèle

Eden Esthétik est situé au 1200 logement. Au premier étage d’un imposant bâtiment abritant plusieurs services dont des banques, des institutions financières, une grande école, etc. Eden Esthétik est un salon spacieux avec trois cabines équipées d’un appareillage de « haute qualité ». Il y a également une salle d’attente dotée de magazine sur la santé, l’art, l’esthétique, etc. Eden Esthétik fait de la manucure-pédicure, les soins du visage, soin du corps, les épilations à la cire, les massages amincissant et relaxant. Flora ajoute sa touche personnelle à ces activités. Elle utilise des produits bio qu’elle concocte elle-même en collaboration avec d’autres partenaires. Les clients notamment nantis s’y bousculent.  Essentiellement constitué de dames, nombres de clients viennent à elle, -selon eux-, à cause du savoir-faire que Flora a toujours fait montre.

« Quand on te donne, toi aussi il faut donner »

 Flora s’est battu sans avoir recours à une dette en banque ou avec l’Etat à travers les différents dédiés à la lutte contre le chômage. Elle lance un appel à ses « sœurs ». Flora les invite à se fixer des objectifs et accepter de se battre corps et âme pour les réaliser. Mais surtout à ne jamais se décourager. Elle estime que si elle a pu réaliser son objectif, ses « sœurs » peuvent également arriver à en faire autant. Pour elle, il n’y a pas de sous métier. Flora se propose d’ailleurs pour donner un coup de main à toutes celles qui désirent être formé dans un quelconque domaine que son salon exerce. « Quand on te donne, il faut aussi donner », lance-t-elle en poussant un souffle.

Hamidou TRAORE

Laisser votre commentaire

Recherche d’emplois

MARCHES PUBLICS

COMMUNIQUE ONEA

ONEA: coupures d’eau le samedi 22 septembre 2018 à Ouagadougou

dans les quartiers Karpala, Rayongo, Djikofe Ouidtenga, Balkuy, Nabmatanga, zone SONATUR de Ouaga 2000, Ouaga 2000, cité AZIMO, Kosyam, Kouritenga, 75è anniversaire, Bonheur ville, Belle ville, Pissy, Bonnam, Boulmiougou, Zagtouli, Zongo, Rimkieta, Cités Rimkieta, Bissighin, Bassinko village, Bassinko cités et Nonghin; pour cause de travaux de Ziga II.

COMMUNIQUE SONABEL

Période de maintenance.

En raison de travaux d’entretien périodiques programmés sur le réseau national interconnecté (RNI), la SONABEL informe son aimable clientèle que la fourniture d’électricité sera temporairement suspendue aux dates et dans les zones ci-après :
lire la suite

COMMUNIQUE CHAMBRE DE COMMERCE

banner

Les Appels d’Offres du mois de mars 2018 de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF)

Lire la suite

 

www.kassmotors.com

NUMÉROS UTILES

Police Nationale : 17
Gendarmerie : 16
Sapeur Pompier : 18
Standard Police : 25 33 12 83

LIENS UTILES

ANPE
www.anpe.gov.bf
ONEF
www.onef.gov.bf
MARCHE PUBLIQUE
www.dgmp.gov.bf
CHAMBRE DE COMMERCE
www.cci.bf


Entreprises recruteurs?


Vous avez une question?
Nous sommes là pour vous aider.
Envoyez nous un mail à cette adresse: publication@contacts.bf
ou appelez au (+226 ) 25 65 15 36 | 63 46 68 68


A PROPOS

Promouvoir l’équité, la qualité et la compétivité pour l’émergence du secteur privé.

Adresse : Kadiogo, Ouagadougou, Burkina Faso

Site web : http://contacts.bf/

Adresse mail : info@contacts.bf

Nous Contacter

Directeur de Publication :
SAWADOGO Issiaka Tél: 79936200

Rédacteur en Chef :
TRAORE Hamidou Tél: 72270227

Responsable Commerciale et Marketing :
SAWADOGO Abdoulay Tél: 69104829

Secrétaire de rédaction: :
OUEDRAOGO Zeinab

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter et restez informé